C’est une agonie de mots 

Je ne sais plus lesquels formuler pour qu’on me comprenne ni lesquels choisir afin d’être entendue.

Overdose de maux 

Où sont mes douces années? A croire que j’ai toujours été nulle en distribution des rations. J’ai dilapidé mon quota en quelques mois.

Quota d’amour, limite de baisers. 

À découvert de respect et en faillite de sourires j’ai tout gaspillé.

Il ne me reste plus rien à recevoir ni même à donner.

Je me suis totalement laissée dépouiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *